En quoi consiste cette chirurgie ?

L'orchidectomie (exérèse ou ablation du testicule) est le premier acte médical vers la guérison. Dans la plupart des cas, cela suffit à ramener les marqueurs tumoraux sanguins dans la norme, dans la mesure où il n'y a pas d'extension. Vous pouvez partager vos questions et vos expériences sur cette opération dans cette rubrique.

Modérateurs: Lou, annie29

En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar annie29 » 19 Sep 2011, 07:08

La suspicion de cancer est avérée. Le premier geste dans le parcours de soin, c'est l'orchidectomie. Il s'agit ni plus, ni moins, que de l'ablation (éxerèse) du testicule malade.

L'intervention en elle-même est courte et présente peu de risques. Les suites opératoires sont, sauf complications bien entendu, relativement légères et l'impact se fait d'avantage au niveau émotionnel qu'au niveau physique :
- il faut s'habituer à l'idée de n'avoir qu'un testicule (voire aucun lorsque les deux sont touchés)
- il faut s'habituer à l'a présence d'une prothèse si l'on en a demandée une.

Au niveau physique, l'on peut déplorer de légers inconvénients :
- problème de sensibilité au niveau de la cicatrice, voire même sur un territoire plus étendu (la cuisse par exemple). Mais ce souci se résorbe en quelques semaines, le temps que les "connexions nerveuses" se rétablissent.

Au niveau du fonctionnement masculin, cette chirurgie ne modifie pas la capacité érectile, ni éjaculatoire. Tant qu'il reste un testicule, vous êtes en mesure de procréer (la chimiothérapie, en revanche, peut endommager cette fonction, d'où la nécessité de faire une conservation de sperme au CECOS).

Voici une fiche qui explique de manière très compréhensible la nécessité de l'opération, son déroulement et les suites.

http://www.espaceurologie.com/index.php/intervention/ouverte/64-ouverte/77-orchidectomie
Avatar de l’utilisateur
annie29
Administrateur du site
 
Messages: 1469
Enregistré le: 20 Aoû 2011, 12:16
Localisation: Plouguerneau - Finistère

Re: En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar Arthur » 07 Nov 2011, 17:10

Je ne partage pas complètement les précdédentes affirmations concernant l'hypoesthésie éventuellement ressentie sur les points suivants:
    Localisation
    évolution
Si le nerf ilio-inguinal est lésé lors de l'opération chirurgicale, il ne se reconstitue pas tout seul.
Il semblerait selon mes différentes lectures que cette sensation peut-être passagère, mais aussi définitive (mon cas).
Pour ma part je n'ai plus de sensation non pas sur la cicatrice, mais en dessous jusqu'à la base du pénis le début du scrotum et la cuisse. Les sensations au-dessus sont intactes.
Le chirurgien n'avait fait aucune mention de cet effet secondaire possible lors de l'opération par abord inguinal.

Concernant l'impact psychologique plus que physiologique. Difficile de dire de quel côté penche la balance. Les deux sont liés, et cela dépend fortement du patient.
J'ai par exemple une bonne acception psychologique, mais l'implant est tellement dur suite à un phénomène pour lequel je suis encore en phase de documentation, que la gêne est bien physiologique. La perte de sensation dans la région inguinales, les douleurs et sensations dans cette zone (lors d'un éternuement ou effort par ex) sont bien physiologiques.

Il faudrait aussi parler de l'anesthésie partie intégrante de l'opération, car 3 modes d'anesthésie sont possibles, mais souvent 2 sont proposés, encore si le patient à le choix...

Quand à l'implantation de la prothèse testiculaire, les informations et choix donnés ou non par le spécialiste, les techniques et matériaux utilisés, durée de vie ...je crois que cela mériterait une section dédiée.

Bref, beaucoup de choses à dire, et aucune source d'information ou lien n'est vraiment exhaustif et impartial. On s'en rend mieux compte après l'avoir vécu, et recherché les informations sur plusieurs sources médicales. Même les spécialistes ne savent pas expliquer certaines conséquences de leur opération. Opération pourtant souvent qualifiée de simple et rapide.

J'ajouterai concernant l'auto-conservation de sperme, qu'elle n'est pas proposée systématiquement par tous les spécialistes, alors que cela devrait être la cas puisqu'il s'agit actuellement d'un consensus médical.
Il ne faut pas attendre une éventuelle radio/chimiothérapie pour la faire auprès d'un centre du CECOS. Il faut la faire avant l'orchiectomie, et souvent, on la poursuit après.
En effet, il est possible que le testicule restant ne soit pas fonctionnel.
Il est possible aussi que la qualité du sperme s'améliore après l'orchiectomie en raison de la modification hormonale induite par la présence de la tumeur (présence d'une hypertestostéronémie), justifiant de nouvelles conservations pour augmenter le stock de gamètes.

Je conseille fortement aux hommes atteint par ce cancer de faire un bilan auprès d'un andrologue, ce qui est hélas rarement proposé par le spécialiste. La tumeur et la perte d'un testicule ne sont pas anodins dans le fonctionnement hormonal, même s'il reste un testicule.

Je l'ai fait après différentes lectures, et j'ai ainsi pu donner une explication à cette soudaine augmentation de libido. L'andrologue à pu produire des réponses et mené un suivi que l'oncologue n'avait pas pensé mener.
Arthur
 
Messages: 3
Enregistré le: 07 Nov 2011, 16:25

Re: En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar annie29 » 07 Nov 2011, 17:37

Voilà tout l'intérêt, pour ce forum, d'avoir l'avis des hommes ! Et ton post, Arthur, attire l'attention sur plusieurs points essentiels :
- le domaines des sensations physiques (sensibilité/insensibilité, douleurs, tensions, etc)
- le domaine psychique avec l'acceptation, ou non, du corps étranger que représente la prothèse et l'impact que représente l'exérèse du corps malade.

"Si le nerf ilio-inguinal est lésé lors de l'opération chirurgicale, il ne se reconstitue pas tout seul.
Il semblerait selon mes différentes lectures que cette sensation peut-être passagère, mais aussi définitive (mon cas)."

Toute lésion nerveuse (chirurgicale, accidentelle) a un potentiel d'évolution qui est un peu... Hasardeux. Si je ne me trompe pas, les médecins disent qu'il faut un recul de 6 mois à 2 ans pour savoir si la fonction sera intégralement, partiellement, ou pas du tout récupérée.

J'ai par exemple une bonne acception psychologique, mais l'implant est tellement dur suite à un phénomène pour lequel je suis encore en phase de documentation, que la gêne est bien physiologique.

Concernant ce point, je te recommande (et tu vas peut être te marrer) la lecture des implants en chirurgie esthétique, notamment les prothèses mammaires. Les ressentis décrits par les patientes sont, à peu de choses près, ce que tu expliques. Sauf que chez elle, le plaisir d'être plus jolie surpasse l'inconvénient représenté par la texture de la prothèse ; donc oui, il y a une gêne physiologique dans la mesure où la prothèse n'a pas les propriétés d'un corps vivants, qui réagit au chaud, au froid, à la compression... Soit en s'y adaptant, soit en manifestant son désaccord par de la douleur. Cela reste une... "prothèse".

"La perte de sensation dans la région inguinales, les douleurs et sensations dans cette zone (lors d'un éternuement ou effort par ex) sont bien physiologiques."
Ce que tu évoques ici est un effet secondaire des nerfs endommagés (quand as-tu été opéré ?) ; Il faut savoir aussi que la zone où se situe l'opération est souvent le siège de hernies (inguinales). Le fait de perdre une tonicité musculaire (on ne peut avoir le même niveau d'activité sportive), le traumatisme de l'opération font qu'il y a des gênes qui peuvent perdurer des mois, voire des années (notamment au niveau des cicatrices).

"Il faudrait aussi parler de l'anesthésie partie intégrante de l'opération, car 3 modes d'anesthésie sont possibles, mais souvent 2 sont proposés, encore si le patient à le choix..."

Si tu as des informations à ce niveau, je serais très très heureuse de les voir sur le forum ! Enrichis notre fond documentaire, il en a fort besoin ! :)

"Quand à l'implantation de la prothèse testiculaire, les informations et choix donnés ou non par le spécialiste, les techniques et matériaux utilisés, durée de vie ...je crois que cela mériterait une section dédiée."

Je vais écrire une lettre au Père Noel pour toi, il devrait t'entendre ! ;)
Et je trouve tes arguments concernant la conservation de paillette très pertinents et ça mérite aussi une rubrique.

Merci de toutes ces précisions.
Avatar de l’utilisateur
annie29
Administrateur du site
 
Messages: 1469
Enregistré le: 20 Aoû 2011, 12:16
Localisation: Plouguerneau - Finistère

Re: En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar jacqueswalgraeve » 17 Nov 2011, 19:24

bonjour,je suis d accord avec arthur quand il dit;Le chirurgien n'avait fait aucune mention de cet effet secondaire possible lors de l'opération par abord inguinal.j ai vécu la même chose et éprouve depuis une insensibilité a droite.pour se qui concerne la prothése,beaucoup se plaignent d une dureté comme un caillou aprés quelques mois.ce que les médecins ne disent pas également,c est que le corps réagit a ce corps étranger en formant une coque autour de la prothése se qui la rend dure.pour ma part cette coque c est formée en un mois et provoqué de l infection,ce qui ma ammené au retrait de prothése pour rejet de la prothése par mon corps.pour ma part;il m avait dit avant l opération qu il en opérait le vendredi et qui retravaillait le lundi.moi il m a opéré,je suis resté enfermé une semaine tellement c était gonflé et je suis resté un mois et demi en maladie a cause de la douleur et la réopération pour l enlevé.alors ne gobé pas leurs parole comme de l eau bénite comme je l ai malheureusement fait.
Avatar de l’utilisateur
jacqueswalgraeve
 
Messages: 157
Enregistré le: 12 Nov 2011, 06:33

Re: En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar annie29 » 17 Nov 2011, 20:10

jacqueswalgraeve a écrit:bonjour,je suis d accord avec arthur quand il dit;Le chirurgien n'avait fait aucune mention de cet effet secondaire possible lors de l'opération par abord inguinal.j ai vécu la même chose et éprouve depuis une insensibilité a droite.pour se qui concerne la prothése,beaucoup se plaignent d une dureté comme un caillou aprés quelques mois.ce que les médecins ne disent pas également,c est que le corps réagit a ce corps étranger en formant une coque autour de la prothése se qui la rend dure.pour ma part cette coque c est formée en un mois et provoqué de l infection,ce qui ma ammené au retrait de prothése pour rejet de la prothése par mon corps.pour ma part;il m avait dit avant l opération qu il en opérait le vendredi et qui retravaillait le lundi.moi il m a opéré,je suis resté enfermé une semaine tellement c était gonflé et je suis resté un mois et demi en maladie a cause de la douleur et la réopération pour l enlevé.alors ne gobé pas leurs parole comme de l eau bénite comme je l ai malheureusement fait.


Jacques, je dirais que l'on ne peut pas faire d'un cas personnel, une généralité. Mon mari a été informé des conséquences de l'opération (au niveau de la sensibilité), des risques inhérents à la pose d'une prothèse (formation d'une coque, rejet, infection, etc.).

On ne peut jamais, hélas, prévoir à l'avance la manière dont le corps réagira à cet intrus que représente la prothèse. Mais je suis d'accord avec vous : votre chirurgien aurait dû vous informer de tout cela, c'était son rôle et son devoir.
Avatar de l’utilisateur
annie29
Administrateur du site
 
Messages: 1469
Enregistré le: 20 Aoû 2011, 12:16
Localisation: Plouguerneau - Finistère

Re: En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar jacqueswalgraeve » 18 Nov 2011, 21:15

bonjour,ben je peux te dire quepour ta phrase"votre chirurgien aurait dû vous informer de tout cela, c'était son rôle et son devoir."beaucoup ne le font pas.puisque suite a mon cancer j ai eu 4 urologues différents dans quatre hôpitaux différents et c est seulement le dernier urologue et qui est une femme contrairement aux 3 autres qui étaient des hommes qui a pris le temps de tout m expliquer et m écouter.a mon avis les études belge d urologie ne leur aprend pas cela.triste,triste surtout qu il devraient nous comprendre puisqu ils sont des hommes.faudrait peût être pratiquer l orchidectomie sur un urologue pour qu il nous défendent.appel au urologues,Y T IL UN VOLONTAIRE? mdr.
Avatar de l’utilisateur
jacqueswalgraeve
 
Messages: 157
Enregistré le: 12 Nov 2011, 06:33

Re: En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar annie29 » 23 Nov 2011, 18:50

De toutes manières, dans le traitement de ce cancer, tu ne peux pas faire abstraction de l'orchidectomie: Soit tu la fais et c'est un premier pas vers la guérison, soit tu ne la fais pas, et on connaît tous l'issue.

Il ne s'agit pas d'une opération de confort, mais un geste vital. Alors peut-être que le côté obligatoire que cela suppose fait que certains chirurgiens négligent les inconvénients annexes qu'ils jugent comme mineurs et rattrapable face à une mort inéluctable.

Je ne vois que cette raison pour expliquer la négligence côté information.
Avatar de l’utilisateur
annie29
Administrateur du site
 
Messages: 1469
Enregistré le: 20 Aoû 2011, 12:16
Localisation: Plouguerneau - Finistère

Re: En quoi consiste cette chirurgie ?

Messagepar Doubtichou » 05 Déc 2011, 13:49

Pour moi, l'opération s'est déroulée sous anesthésie générale (j'avais le choix entre locale ou générale, mais j'ai préféré générale). J'étais très angoissé par l'anesthésie car mon dernier séjour en hôpital remonte à plus de 30 ans (j'avais 17-18 ans!) et j'étais resté sur les techniques de l'époque, à savoir nausée, vomissements et état comateux au réveil.
Là, rien de tout cela, je me suis réveillé plutôt "frais", quoique délesté de quelques grammes (!!).
Aucune douleur, cicatrice à peine visible, opéré le vendredi et chez moi le dimanche. Bien sûr, durant les 2-3 premières semaines, j'ai marché avec circonspection et pas de bain ! Fallait juste ne pas forcer (par exemple difficile de faire ses lacets tout seul en se penchant).
Sinon, effectivement, l'opération semble "banale".
Bien sûr, au réveil, mon premier réflexe a été de palper pour voir ce que donnait la prothèse.
Visuellement, c'est à s'y méprendre, impossible de déceler quoi que ce soit. Pour le toucher, ce serait presque ça, si l'extrémité n'était pas si "pointue", dommage, ce serait presque le sans-faute.
Bon ,ça reste quand même un poil plus dur qu'un testicule normal.
Doubtichou
 
Messages: 7
Enregistré le: 30 Nov 2011, 15:07


Retourner vers L'orchidectomie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

à propos

Le cancer des testicules est en constante progression depuis 20 ans. Chaque année, le nombre d’hommes atteints croÎt de 2.5%. 2500 cas par an, sont découverts à divers stades de la maladie qui en compte trois, selon la classification la plus employée.

Cancer-testicule.org est la communauté francophone des personnes touchées par la maladie, que ce soit en tant que malade ou proche.